• TAC

LA DIAGONALE DES FOUS

Ce Trail mythique méritait bien un post à lui tout seul....




Un grand BIG UP et BEAUCOUP DE RESPECT pour Marc GASQUE ( Du Trail Athlitude Cuers) qui a couru 57heures avec SEULEMENT 45 MINUTES de sommeil pour vaincre "LA DIAGONALE DES FOUS" sur l'île de La Réunion.


Un grand MERCI à tous nos sponsors sans qui tout cela ne serait pas possible.





"LA DIAGONALE DES FOUS " , figure en tête des Trails les plus mythiques du monde (https://www.trailtheworld.fr/2018/05/04/top-16-des-trails-les-plus-mythiques-au-monde/)



Juste un petit résumé historique. Pour la première édition, en 1989, la course s'appelait la Marche des Cimes (112 km – 5 400 D+). On comptait 500 coureurs. Un an plus tard, elle changeait de nom pour devenir la Grande Traversée (126 km – 5 000m D+), avec quasiment le double de coureurs. En 1993, les organisateurs arrivent à sauver les meubles – après avoir résolu quelques problèmes de financement – et devient la Course de la Pleine Lune (129 km – 6 600 m D+). Moins de 450 coureurs prennent le départ. En 1994, elle prend son nom définitif de Grand Raid (130 km – 6 900 m D+). C'est à l'occasion de cette édition, qu'un journaliste de Jogging International, Bernard Morin, a trouvé le nom de "diagonale des fous". Il était sur place pour couvrir la course dans le cadre d'un hors-série qu'il réalisait sur les 50 plus belles courses du monde. Pour illustrer la page complète qu'il avait écrite sur la course, une photo a été prise d'hélicoptère. Sur la photo, on voyait des coureurs traverser la Plaine des Sables, une vaste étendue lunaire aux reflets mordorés et rougeâtres sur le plateau des hauts de l'île, en diagonale et en file indienne. Le président de l'association du Grand Raid a trouvé le nom exceptionneL Il a appelé le journaliste pour lui demander s'il pouvait baptiser la course ainsi. Ça s'est fait comme ça. Ce qui allait devenir un mythe était né. Depuis, les distances et le dénivelé positif ont évolué pour se stabiliser depuis 2016 à 165 km et 9 700m D+.(Explication D+ https://run-motion.com/comment-calculer-le-denivele-positif-en-trail/)


Elle possède une aura historique qui n'existe nulle part ailleurs et une aura climatique et géographique est incomparable. On peut passer de 25°C en début de nuit à 0°C vers 3 heures du matin, pour revenir à 40°C l’après-midi. Les corps sont soumis à des conditions très particulières. En plus d'avoir des géologies singulières, les climats font que cette course est absolument unique.


On retrouve à La Réunion tout ce qu'on peut retrouver comme types de terrain dans le monde. Il y a du sentier roulant – très peu d'ailleurs de roulant – des racines de partout, énormément de cailloux, des marches à ne plus savoir qu'en faire, évidemment irrégulières, faites de bouts de bois, de pierres, ce ne sont pas des escaliers bien propres, en béton. Et puis ont dit souvent qu'on va plus vite en montée qu'en descente. Les parcours sont exigeants. À cela s'ajoutent les microclimats qui font qu'en 200 mètres de dénivelé, on peut passer d'un sentiment de chaleur à un sentiment de froid total, avec un soudain brouillard. Les temps changent très vite sur des amplitudes extrêmes. La topologie, le relief du terrain dans une mer tropicale comme celle de La Réunion en fait quelque chose d'unique. Il faut l'avoir vécu une fois pour comprendre. Le corps est soumis à des stress constants. C’est hyper énergivore, c'est ce qui fait que les organismes craquent. C'est ce qui fait que François d'Haene, sur un parcours plus court et plus bas que l'UTMB, met entre 3 et 4 heures de plus.


Merci à Mickaël Mussard journaliste spécialisé dans le trail. Né à La Réunion, il a grandi avec le Grand Raid. Il vient d'écrire Le Grand Raid de la Réunion, une histoire de fous, .et à Lyoncapital pour cet interview

Et si vous souhaitez lire tout l'interview c'est ici



185 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout